À effet du 27 novembre 2021, les options Frais de souscription différés et Frais de souscription réduits ne seront plus offertes pour les souscriptions de fonds communs de placement de Placements mondiaux Sun Life. Les transferts entre fonds ayant la même option de frais de souscription seront autorisés.

Fonds valeur international MFS Sun Life

Commentaires sur les fonds | T1 2022

Opinions et commentaire fournis par MFS Gestion de placements Canada limitée.

Revue des marchés

L’inflation ayant atteint un sommet de 40 ans en janvier et les investisseurs prévoyant une accélération des relèvements de taux d’intérêt, les marchés boursiers ont entamé l’année sur une note baissière. Les actions de grande qualité à duration longue ont le plus reculé, particulièrement dans le secteur technologique, certes à partir de niveaux de valorisation très élevés résultant de leur surperformance robuste de l’an dernier. Parallèlement, le secteur de l’énergie a dominé le marché en janvier et au début de février, du fait d’une demande accrue dans une économie qui se remettait de la COVID, et le secteur des services financiers a surperformé, dopé par l’attente d’une hausse des taux d’intérêt et d’une embellie des bénéfices.

La Russie a choqué le monde en envahissant l’Ukraine le 24 février, et les Ukrainiens l’ont surpris par leur courageuse résistance. Ces événements ont ébranlé l’ordre fondé sur des règles qui caractérisait dans une large mesure les relations internationales depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Les prix de l’énergie et des matières de base ont bondi, puisque la Russie assure 12 % de la production pétrolière mondiale et comble 40 % des besoins en gaz naturel de l’Europe, et que la Russie et l’Ukraine comptent ensemble pour environ 30 % de l’offre mondiale de blé. En parallèle, les actions liées à la consommation discrétionnaire ont fléchi sous le poids des craintes grandissantes de récession et les titres liés à la consommation de base ont aussi battu en retraite, plombés par les pressions inflationnistes et par le fait que la majorité des sociétés de ce secteur tirent autour de 5 % de leurs revenus de leurs activités en Russie.


Le Fonds valeur international MFS Sun Life a fait moins bien que l’indice MSCI EAFE au premier trimestre. La conjoncture a été bien différente des corrections habituelles du marché qui coïncident généralement avec un affaiblissement de l’économie. Historiquement, au moins depuis 2003, le fonds avait toujours surclassé son indice durant les trimestres où le marché avait essuyé une baisse de 5 % ou plus. Cependant, au premier trimestre de 2022, le marché a été largement dominé par les actions du secteur de l’énergie, dans lesquelles l’équipe évite d’investir. De plus, le secteur des services financiers, nettement sous-pondéré dans le fonds, a surperformé puisque les banques centrales des États-Unis et du Royaume-Uni sont résolues à relever leurs taux d’intérêt pour endiguer l’inflation malgré le renforcement des pressions récessives. Par contre, le secteur des technologies de l’information a affiché le pire rendement alors qu’il est le plus fortement surpondéré dans le portefeuille, et les titres liés à la consommation de base, deuxième secteur le plus surpondéré dans le fonds, ont également tiré de l’arrière par rapport au marché sous l’effet des craintes suscitées par les pressions inflationnistes et par l’exposition des revenus à la Russie.

Franco-Nevada Corp
La position dans la société de redevances et de flux de redevances aurifère Franco-Nevada (Canada) a contribué au rendement relatif. Le titre a monté à l’annonce de résultats financiers solides au quatrième trimestre, tirés par des revenus élevés dans les segments des métaux précieux et de l’énergie.

ASML Holding NV
Le moment de la prise de position dans les actions du fabricant de systèmes de lithographie pour semiconducteurs ASML (Pays-Bas) a favorisé le rendement relatif. Malgré l’annonce d’un bénéfice solide pour le trimestre, le cours de l’action a baissé après s’être fortement apprécié en 2021.

Keyence Corp
L’absence de position dans le fabricant de matériel industriel Keyence (Japon) a bonifié le rendement relatif. Malgré de bons résultats financiers trimestriels, l’action a fléchi, plombée par le risque que le conflit en Ukraine entraîne un déclin en Europe. Le titre a aussi été malmené par la hausse des taux d’intérêt américains, qui pourrait accentuer le virage des investisseurs des actions de croissance vers les actions de valeur.

Givaudan SA
La position surpondérée du portefeuille dans le fabricant de parfums et d’arômes (Suisse) a nui au rendement relatif. Le cours du titre a baissé à l’annonce d’un bénéfice inférieur aux attentes consensuelles, imputable à des marges brutes plus faibles que prévu et à une hausse des frais d’exploitation sous l’effet de l’inflation des coûts.

BHP Billiton PLC
L’absence de position dans le géant minier BHP Group (Australie) a freiné le rendement relatif. La société a affiché un bénéfice meilleur que prévu, tiré par le rendement robuste des divisions du pétrole et du minerai de fer. Une dette nette en baisse et un ratio dividendes/bénéfice plus élevé que prévu ont encore renforcé le cours du titre sur le trimestre.

Royal Dutch Shell
L’absence de position dans la société énergétique et pétrochimique mondiale Royal Dutch Shell (Royaume-Uni) a réduit le rendement relatif. Le cours de l’action a monté sous l’effet des résultats financiers solides du quatrième trimestre, attribuables à la performance vigoureuse du segment du gaz intégré.

Opérations importantes

Étoffement/Achat

  • Prise de position dans l’opérateur boursier allemand Deutsche Boerse, dont l’équipe apprécie l’exposition à la volatilité des marchés et à la hausse des taux d’intérêt sans risque de bilan.
  • Prise de position dans ASML, société néerlandaise de matériel de lithographie qui détient un quasi-monopole des outils lithographiques de pointe et jouit d’un large avantage concurrentiel du fait de sa chaîne d’approvisionnement complexe, après la baisse du titre plus tôt durant le trimestre.
  • Prise de position dans la société française de conseils et de services TI Capgemini, qui améliore son modèle d’affaires à la longue en augmentant la part de ses revenus provenant du numérique et de l’infonuagique et en ayant davantage recours à la main-d’œuvre à l’étranger pour flexibiliser ses coûts durant les périodes de ralentissement de ses activités.
  • Prise de position dans Beiersdorf, dont l’équipe aime le segment des produits de beauté caractérisé par un historique de croissance supérieure à la moyenne, des marges brutes élevées et un environnement concurrentiel favorable aux plus gros joueurs, en plus de prévoir un renforcement de la croissance et des marges de la société du fait d’investissements continus dans les marques.
  • Étoffement de la position dans le géant technologique sud-coréen Samsung Electronics, dont l’équipe apprécie la technologie de pointe, la domination du marché des mémoires informatiques (DRAM), les investissements substantiels en R-D et les antécédents convaincants d’affectation des capitaux, dont témoigne un bilan prudent assorti de liquidités équivalant à 25 % de la capitalisation boursière de la société.

Élagage/Vente

  • Élagage du placement dans Taiwan Semiconductor, pour gérer la taille de cette position dans une conjoncture d’aggravation des risques géopolitiques.
  • Vente du placement dans la société française de produits laitiers et d’eau en bouteille Danone, dont la direction a fait peu de progrès dans l’augmentation des marges bénéficiaires et l’expansion ou la bonification des marques WhiteWave depuis leur acquisition en 2017.
  • Là où cela était permis, vente de la position dans la société américaine de produits de consommation Colgate Palmolive, en raison de préoccupations liées aux pressions inflationnistes et dans une perspective de gestion de l’exposition aux titres cotés aux États-Unis.
  • Réduction du placement dans Spectris, fabricant britannique d’instruments de précision et de dispositifs de contrôle, qui ne semble pas réaliser de synergies ou concrétiser des possibilités de croissance additionnelle à l’échelle de ses divisions.
  • Élagage de la position dans la société française d’arômes et de parfums Givaudan, dont la valorisation est tendue, dans un contexte où l’équipe s’inquiète davantage de l’inflation du coût des intrants, de l’érosion de la demande des consommateurs et du ralentissement de l’innovation dans les sociétés de produits de consommation.

 

Positionnement du fonds

Au début de 2022, la hausse de l’inflation et des taux d’intérêt, le surendettement et les craintes persistantes entourant la COVID-19 incitaient l’équipe à la prudence. Trois mois plus tard, les difficultés n’ont fait qu’augmenter avec une guerre en Europe, un marché de l’énergie marqué par une offre limitée et des prix plus élevés et une accentuation des pressions récessives. L’équipe avait prévu que le portefeuille risquait de faire moins bien que le marché aux premiers stades d’une correction et que les actions de grande qualité risquaient de sous-performer dans une telle conjoncture après leur surperformance marquée de l’an dernier. Ce scénario s’est réalisé au premier trimestre, et le portefeuille a été surclassé par l’indice MSCI EAFE. Cependant, dans le cadre d’une longue correction, l’équipe demeure convaincue que les sociétés de grande qualité à capitalisation prudente détenues dans le fonds pourraient surpasser le marché à long terme.

La stratégie continue de surpondérer le secteur des technologies de l’information, où le fonds investit dans des sociétés de logiciels, de systèmes informatiques et de semiconducteurs qui sont dominantes dans des créneaux industriels et caractérisées par des avantages concurrentiels qui s’appuient sur une propriété intellectuelle différenciée. Le fonds est également surpondéré dans le secteur de la consommation de base, dans lequel l’équipe favorise les marques fortes, les réseaux de distribution mondiaux, les bilans solides et la capacité d’adaptation au numérique dans plusieurs entreprises de produits de consommation, de produits alimentaires et de boissons alcoolisées. Le fonds est surpondéré dans le secteur de l’industrie, dans lequel il détient un certain nombre de sociétés qui dominent leurs créneaux du marché et privilégient l’innovation pour répondre aux besoins futurs de la clientèle.

Le fonds est le plus sous-pondéré dans les services financiers, car il continue d’éviter les banques européennes et japonaises caractérisées par des modèles d’entreprise complexes et des bilans surendettés. Le fonds est sous-pondéré dans le secteur des soins de santé en raison de préoccupations liées à l’expiration de brevets, au coût élevé du développement de médicaments et à l’augmentation des pressions gouvernementales en ce qui concerne le prix des médicaments; il sous-pondère également le secteur de la consommation discrétionnaire où l’équipe juge que l’on trouve moins de sociétés répondant à ses critères de production de flux de trésorerie et de durabilité à long terme.
 

Rendement du fonds

Rendements composés (%)1 Depuis la création2 10 ans 5 ans 3 ans 1 an T1
Fonds valeur international MFS Sun Life - série A

9,3

9,8

5,6

4,2

-5,4

-14,8

Fonds valeur international MFS Sun Life - série F

10,5

11,1

6,8

5,4

-4,2

-14,6

Indice MSCI EAFE

7,6

8,7

5,3

5,4

0,5

-7,0

¹Les rendements se rapportant aux périodes supérieures à un an sont annualisés. Données au 31 mars 2022. 

²Année civile partielle. Les rendements sont indiqués pour la période allant du 1er octobre 2010 (date de création du fonds) au 31 décembre 2010.

Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les titres de série A sont offerts à tous les investisseurs, tandis que les titres de série F ne sont offerts qu’aux investisseurs qui bénéficient d’un programme intégré à honoraires auprès de leur courtier inscrit. Bien que les titres de série A et de série F aient le même portefeuille de référence, toute différence de rendement entre les deux séries est principalement attribuable à des différences concernant les frais de gestion et d’exploitation. Les frais de gestion des titres de série A comprennent des commissions de suivi, contrairement aux frais de gestion des titres de série F. Les investisseurs qui souscrivent des parts de série F peuvent verser des honoraires pour compte à honoraires, lesquels sont négociés avec leur courtier inscrit et payés à ce dernier.

Placements mondiaux Sun Life est le nom commercial de Gestion d’actifs PMSL inc., de la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie et de la Fiducie de la Financière Sun Life. Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire des fonds communs de placement de la Sun Life, des Solutions gérées Granite Sun Life et des Mandats privés de placement Sun Life.

© Gestion d’actifs PMSL inc. et ses concédants de licence, 2022. La société Gestion d’actifs PMSL inc. et MFS Investment Management Canada Limited sont membres du groupe Sun Life. Tous droits réservés