À effet du 27 novembre 2021, les options Frais de souscription différés et Frais de souscription réduits ne seront plus offertes pour les souscriptions de fonds communs de placement de Placements mondiaux Sun Life. Les transferts entre fonds ayant la même option de frais de souscription seront autorisés.

Fonds occasions internationales MFS Sun Life

Commentaires sur les fonds | T1 2022

Opinions et commentaire fournis par MFS Gestion de placements Canada limitée.

Revue des marchés

Au premier trimestre de 2022, tous les grands indices de référence ont subi leur pire perte trimestrielle en deux ans dans une conjoncture de placement volatile. Les inquiétudes entourant la nécessité éventuelle d’accélérer le relèvement des taux d’intérêt pour lutter contre une inflation plus élevée et les conséquences économiques de l’invasion russe en Ukraine ont pesé sur les actions et les obligations. Les investisseurs se préparant à un ralentissement de la croissance, les actions sensibles à l’évolution du cycle ont sous-performé. Dans l’indice de croissance, les reculs les plus marqués ont été enregistrés dans le secteur de la consommation discrétionnaire. La crainte d’une diminution des dépenses de consommation a fait baisser des titres comme ceux des détaillants, tandis que la guerre en Ukraine a exacerbé la perturbation des chaînes d’approvisionnement en compromettant la disponibilité des pièces pour un large éventail de produits. La prévision d’une hausse des taux d’intérêt a pesé sur le secteur des technologies de l’information, tandis que les secteurs habituellement défensifs de la consommation de base, des soins de santé et des services publics ont surclassé l’indice de croissance. Le secteur des services publics est le seul à avoir procuré un rendement absolu positif durant la période.

Le trimestre a été marqué par la hausse de l’inflation, sur fond de montée en flèche des prix de l’énergie et des produits de base. La progression générale des prix des produits de base a accentué la crainte que l’inflation mette du temps à ralentir. Jusqu’à maintenant, les banques centrales ont laissé entendre qu’elles allaient s’attaquer en priorité au problème de l’inflation, à moins d’une détérioration marquée des perspectives de croissance. La Fed a relevé son taux directeur de 0,25 %, comme prévu, et clairement affirmé que de nouvelles hausses seraient indiquées. Le déclenchement d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine a jeté de l’huile sur le feu de l’inflation. La Russie étant un important producteur d’énergie et de produits de base, l’escalade du conflit a exacerbé les inquiétudes liées aux pressions inflationnistes et à la perturbation des chaînes d’approvisionnement, notamment dans l’alimentation et l’énergie. La guerre a fait grimper les prix des produits de base, faisant craindre une diminution de la demande des entreprises et des consommateurs, un resserrement de la politique monétaire et un assombrissement des perspectives de croissance.

Le Fonds occasions internationales MFS Sun Life a tiré de l’arrière par rapport à l’indice MSCI EAFE au premier trimestre. La conjoncture a été bien différente des corrections habituelles du marché qui coïncident généralement avec un affaiblissement de l’économie. Historiquement, au moins depuis 2003, le fonds avait toujours surclassé son indice durant les trimestres où le marché avait essuyé une baisse de 5 % ou plus. Cependant, au premier trimestre de 2022, le marché a été largement dominé par les actions du secteur de l’énergie, auquel le fonds est peu exposé. De plus, le secteur des services financiers, nettement sous-pondéré dans le fonds, a surperformé puisque les banques centrales des États-Unis et du Royaume-Uni sont résolues à relever leurs taux d’intérêt pour endiguer l’inflation malgré le renforcement des pressions récessives. Par contre, le secteur des technologies de l’information a affiché le pire rendement alors qu’il est le plus fortement surpondéré dans le portefeuille. La sélection de titres dans les services de communications (Tencent Holdings), l’industrie (Schneider Electric) et les matériaux (Linde PLC) a nui au rendement relatif.

Newmont Corp
La position dans la société aurifère Newmont (États-Unis) a bonifié le rendement relatif durant la période de référence. L’action a monté à l’annonce d’un bénéfice solide au quatrième trimestre et la société a profité de la hausse du prix de l’or en réaction à la guerre en Ukraine.

Credicorp Ltd
La position du portefeuille dans la société de services financiers Credicorp (Pérou) a avantagé le rendement relatif. La banque a déclaré un bénéfice net plus élevé que prévu, surtout en raison d’une diminution des provisions pour pertes sur prêts et d’une amélioration des revenus autres que d’intérêts.

Bayer
La position surpondérée du portefeuille dans la société de produits pharmaceutiques et de sciences végétales Bayer (Allemagne) a contribué au rendement relatif. L’action a monté à l’annonce d’un bénéfice trimestriel supérieur aux estimations du marché, dynamisé par une forte croissance des ventes dans le segment des sciences végétales.

SAP AG
La position surpondérée du portefeuille dans la société d’applications pour entreprises SAP (Allemagne) a nui au rendement relatif. Bien que la société ait déclaré des résultats financiers solides au quatrième trimestre, tirés par la croissance de ses activités dans l’infonuagique et les logiciels, la direction a abaissé ses perspectives concernant ses flux de trésorerie disponibles, ce qui semble avoir mis à mal la confiance des investisseurs.

BHP Billiton PLC
L’absence de position dans le géant minier BHP Group (Australie) a freiné le rendement relatif. La société a affiché un bénéfice meilleur que prévu, tiré par le rendement robuste des divisions du pétrole et du minerai de fer. Une dette nette en baisse et un ratio dividendes/bénéfice plus élevé que prévu ont encore renforcé le cours du titre sur le trimestre.

Royal Dutch Shell
L’absence de position dans la société énergétique et pétrochimique mondiale Royal Dutch Shell (Royaume-Uni) a réduit le rendement relatif. Le cours de l’action a monté sous l’effet des résultats financiers solides du quatrième trimestre, attribuables à la performance vigoureuse du segment du gaz intégré.

Opérations importantes

Étoffement/Achat

Le fonds a pris une position dans ASML Holding, dont les machines de lithographie EUV (extrême ultraviolet) sont essentielles à la fabrication de puces à semiconducteurs de pointe. La société jouit d’un monopole de fait qui a soutenu ses marges.

Le fonds a étoffé ses positions dans SAP, Swedish Match et Schneider Electric à des niveaux de valorisation plus intéressants dans la foulée de la sous-performance récente de ces titres.

Le fonds a étoffé sa position dans Bayer au vu des preuves d’amélioration des fondamentaux et des signes qu’on approche enfin d’un règlement du litige entourant le glyphosate.

Élagage/Vente

L'achat d’ASML a été financé par l’élagage de la position dans Taiwan Semiconductor Manufacturing. Bien que l’équipe la considère comme un risque extrême, la possibilité que la Chine exerce des pressions sur Taïwan est entrée en ligne de compte dans cette décision.

Le fonds a vendu sa position dans L’Oréal et élagué son placement dans Novo Nordisk, après qu’une performance robuste a fait monter la valorisation de ces titres.

 

Positionnement du fonds

L’accent mis par l’équipe sur les sociétés de haute qualité affichant une croissance supérieure à la moyenne continue d’orienter le positionnement du portefeuille. L’équipe cherche à investir dans des sociétés qui peuvent dégager une croissance supérieure à la moyenne et des rendements élevés. Ces sociétés sont généralement des chefs de file du marché dotés de modèles d’affaires durables, d’équipes de direction chevronnées et d’avantages concurrentiels qui devraient leur permettre de dégager des rendements et des bénéfices qui croîtront plus rapidement que ceux de leurs pairs. L’équipe s’efforce d’appliquer méthodiquement ses critères d’achat, quelle que soit la conjoncture économique. L’horizon de placement étant par ailleurs éloigné, cela se traduit généralement par des variations très modestes de la structure du portefeuille d’un trimestre à l’autre.

Au 31 mars 2022, la consommation de base et les matériaux étaient les secteurs les plus fortement surpondérés dans le portefeuille. L’équipe privilégie depuis longtemps les sociétés du secteur de la consommation de base aux marques reconnues qui connaissent une croissance supérieure à la moyenne et qui comptent des sources de revenus diversifiées sur le plan géographique. Si l’inflation devait persister, l’équipe estime que bon nombre des sociétés de ce secteur disposent d’un pouvoir de fixation des prix. Le fonds surpondère notamment le segment des boissons alcoolisées qui a généralement été à même de répercuter les hausses de prix sur les clients. Dans le secteur des matériaux, le fonds est principalement exposé au segment des produits chimiques, avec des positions dans les producteurs de gaz naturel Linde et Air Liquide. Ces titres cycliques de grande qualité ont généré des rendements supérieurs au coût du capital et d’importants flux de trésorerie durant un cycle complet du marché. Le fonds investit également dans les fournisseurs de produits chimiques spécialisés Symrise et Sika, et dans Akzo Nobel, fabricant mondial de peintures et revêtements.

Les technologies de l’information et les services de communications étaient les secteurs les plus fortement sous-pondérés dans le fonds. Le secteur des technologies de l’information était le plus représenté dans l’indice Growth à la fin du trimestre, à hauteur d’environ 19 %, et le plus sous-pondéré dans le portefeuille. Hormis les logiciels, le portefeuille sous-pondère bien des segments du secteur des TI, comme les instruments et composants électroniques, le matériel technologique et l’équipement de communication. Le secteur compte de nombreuses sociétés attrayantes sur le plan de la croissance et du rendement des capitaux investis, mais les valorisations élevées sont la principale raison de sa sous-pondération par l’équipe. Plus de la moitié des placements dans ce secteur sous-pondéré appartiennent au segment des semiconducteurs, où le fonds détient des positions dans Taiwan Semiconductor et ASML. Bien des sociétés de semiconducteurs ne paraissent pas particulièrement chères au vu des estimations de bénéfices prévisionnels, c’est une illusion d’optique puisque bon nombre de ces entreprises génèrent des bénéfices nettement supérieurs aux niveaux normalisés. De l’avis de l’équipe, plusieurs de ces titres semblent avoir atteint leur pleine valeur intrinsèque sur la base des bénéfices normalisés. De plus, la chaîne d’approvisionnement risque d’être perturbée puisque l’Ukraine compte pour environ 50 % de la production mondiale de néon, intrant important pour les fabricants. De son côté, la sous-pondération des services de communications s’explique principalement par l’absence de placements dans des sociétés de télécommunications qui ne satisfont pas au seuil de croissance minimum. La majorité des positions se retrouvent dans le segment des médias et services interactifs, avec des sociétés comme Tencent et Naver.

Le fonds continue de sous-pondérer ses placements directs en Chine. Les actions chinoises ont largement tiré de l’arrière, plombées par le bond des nouveaux cas quotidiens de COVID-19 et les confinements imposés dans plusieurs villes comme Shanghai. Leur volatilité a été accentuée par des préoccupations réglementaires entourant les titres chinois cotés aux États-Unis. L’équipe s’est inquiétée de la gouvernance des entreprises et de la structure des entités à détenteurs de droits variables.

En ce qui concerne l’effet possible d’une inflation plus élevée, l’équipe reste d’avis que la meilleure défense contre ce phénomène réside dans l’achat de titres de sociétés caractérisées par une valorisation intéressante, des avantages concurrentiels robustes et un solide pouvoir de fixation des prix. Ceci dit, ces dernières années, l’équipe a pris de nouvelles positions dans quelques titres qu’elle estime susceptibles de profiter directement d’un renforcement de l’inflation, à savoir la société aurifère Franco Nevada ainsi que des opérateurs boursiers récemment ajoutés au portefeuille, à commencer par Deutsche Boerse.

L’environnement macroéconomique est assurément en train de changer. Après une décennie de baisse des taux d’intérêt, nous approchons peut-être d’un « changement de régime ». L’incertitude est élevée et les risques abondent, parmi lesquels la persistance possible de pressions inflationnistes, la diminution des mesures de relance, les erreurs de politique des banques centrales et les risques géopolitiques accrus. Les investisseurs devraient sans doute se préparer à des rendements moins élevés, puisqu’il est peu probable que les rendements spectaculaires de la dernière décennie se répètent.

Rendement du fonds

Rendements composés (%)1 Depuis la création2 10 ans 5 ans 3 ans 1 ans T1
Fonds occasions internationales MFS Sun Life - série A

7,3

7,8

7,2

5,0

-3,0

-9,7

Fonds occasions internationales MFS Sun Life - série F

8,5

9,0

8,5

6,3

-1,8

-9,4

Indice MSCI EAFE

7,6

8,7

5,3

5,4

0,5

-7,0

¹Les rendements se rapportant aux périodes supérieures à un an sont annualisés. Données au 31 mars 2022. 

²Année civile partielle. Les rendements sont indiqués pour la période allant du 30 septembre 2010 (date de création du fonds) au 31 décembre 2010.


À effet du 1er juin 2020, le Fonds croissance international MFS Sun Life a été renommé Fonds occasions internationales MFS Sun Life.

Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les titres de série A sont offerts à tous les investisseurs, tandis que les titres de série F ne sont offerts qu’aux investisseurs qui bénéficient d’un programme intégré à honoraires auprès de leur courtier inscrit. Bien que les titres de série A et de série F aient le même portefeuille de référence, toute différence de rendement entre les deux séries est principalement attribuable à des différences concernant les frais de gestion et d’exploitation. Les frais de gestion des titres de série A comprennent des commissions de suivi, contrairement aux frais de gestion des titres de série F. Les investisseurs qui souscrivent des parts de série F peuvent verser des honoraires pour compte à honoraires, lesquels sont négociés avec leur courtier inscrit et payés à ce dernier.

© Placements mondiaux Sun Life est le nom commercial de Gestion d’actifs PMSL inc., de la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie et de la Fiducie de la Financière Sun Life.

Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire des fonds communs de placement de la Sun Life, des Solutions gérées Granite Sun Life et des Mandats privés de placement Sun Life.

© Gestion d’actifs PMSL inc. et ses concédants de licence, 2022. La société Gestion d’actifs PMSL inc. et MFS Investment Management Canada Limited sont membres du groupe Sun Life. Tous droits réservés.