À effet du 27 novembre 2021, les options Frais de souscription différés et Frais de souscription réduits ne seront plus offertes pour les souscriptions de fonds communs de placement de Placements mondiaux Sun Life. Les transferts entre fonds ayant la même option de frais de souscription seront autorisés.

Mandat privé de titres de créance de base Avantage Sun Life

Commentaires sur les fonds | T1 2021

Téléchargez la version PDF

Opinions et commentaire fournis par Gestion SLC.

Revue des marchés

Sur les marchés obligataires mondiaux, l’année 2020 a été marquée par la collision entre l’irruption de la COVID-19 et l’adoption d’un nouveau paradigme de risque par les banques centrales du monde. Pour soutenir l’économie durant la pandémie, la Banque du Canada s’est constitué un bilan équivalant à 545 milliards de dollars, chiffre égal à environ 24 % du produit intérieur brut du pays et nettement supérieur aux 100 à 125 milliards de dollars affectés au bilan avant la pandémie.

En Amérique du Nord, les taux d’intérêt ont baissé et les courbes des taux se sont accentuées sur fond d’accélération de la propagation du virus tout au long de l’année. Le taux de l’obligation du gouvernement du Canada à 10 ans a chuté d’un peu plus de 100 points de base en 2020, tandis que la courbe des taux de deux à 30 ans est passée de sept à 105 points de base. Le taux de l’obligation du gouvernement du Canada à 30 ans a continué de dériver à la hausse au quatrième trimestre pour atteindre 1,25 %, après avoir touché un nouveau creux de 0,74 % début mars.

En 2020, les marchés nord-américains des obligations de sociétés ont davantage profité d’un soutien verbal que d’un appui financier direct. La Banque du Canada a soutenu le marché des obligations de sociétés en instituant un nouveau programme d’achats d’obligations, en vertu duquel elle n’a cependant acheté que pour 180 millions de dollars¹ de titres. Les investisseurs étrangers ont apporté un soutien plus concret au marché des obligations de sociétés canadiennes avec des achats record de 40 milliards de dollars² en avril et mai. Cette forte demande a suscité une augmentation des émissions de nouvelles obligations de sociétés; celles-ci ont bondi à la fin du printemps, mais n’ont clôturé l’année qu’en hausse de 6,5 %³ par rapport aux volumes de 2019, les bailleurs de fonds mondiaux ayant trouvé une demande encore plus forte pour les titres de créance de sociétés à l’extérieur du Canada.

À ne considérer que les écarts des obligations de sociétés de l’indice Bloomberg Barclays Canada Aggregate, qui ne se sont creusés que de sept points de base entre la fin de 2019 et la fin de 2020, on pourrait croire que l’année a été sans histoire. Or, à la mi-mars, ces écarts avaient grimpé de 170 points de base par rapport à leur niveau de clôture de 2019. Ces écarts des obligations de sociétés canadiennes ont constamment baissé depuis mars et chuté de 25 points de base au quatrième trimestre. La courbe des taux des titres de créance des sociétés canadiennes s’est accentuée durant l’année, les programmes d’achat de la banque centrale soutenant davantage les écarts des obligations à court terme que ceux des obligations à long terme.

Revue du portefeuille

Le Fonds a clôturé l’année en force du point de vue du rendement actif. Au quatrième trimestre, ce rendement actif a aidé le Fonds à afficher plus du double du rendement global de l’indice. La surpondération des obligations de sociétés, notamment libellées en dollars américains, explique la quasi-totalité du rendement actif du quatrième trimestre. Les produits dérivés utilisés pour couvrir l’exposition du Fonds aux devises et aux taux d’intérêt étrangers ont également bonifié quelque peu le rendement actif, surtout en raison d’une évolution favorable des écarts pour swaps. Bien que les taux obligataires canadiens aient monté et que leur courbe se soit accentuée, le Fonds est resté presque neutre dans son exposition aux variations des taux d’intérêt, dont l’effet net a été minime.

L’année a été faste pour cette stratégie, le gestionnaire de portefeuille ayant fait bon usage de la recherche fondamentale sur les titres de crédit pour faire des choix avisés durant le dégagement des obligations de sociétés. Par sa perspective globale et sa maîtrise des opérations de couverture, le gestionnaire de portefeuille a su saisir des occasions sur le marché américain des titres de crédit, qui avait subi un dégagement beaucoup plus marqué que le marché canadien plus tôt durant l’année, tout en limitant au strict minimum l’exposition nette du Fonds aux devises et aux taux d’intérêt étrangers. Les occasions offertes par les titres de crédit ayant diminué aux États-Unis et au Canada vers la fin de 2020, la négociation active de ces titres et le contenu étranger du portefeuille ont été réduits, le Fonds conservant néanmoins certaines positions étrangères aux fins de diversification et de rehaussement du crédit.

Positionnement du portefeuille

La duration du Fonds a été légèrement inférieure à celle de l’indice de référence, le gestionnaire de portefeuille s’attendant à l’atténuation progressive de la compression des taux d’intérêt attribuable aux achats d’obligations des banques centrales. La qualité du crédit était semblable à celle de l’indice. Le portefeuille continue de sous-pondérer les obligations provinciales, le gestionnaire de portefeuille s’attendant à la poursuite de programmes d’émissions d’obligations relativement robustes de la part des provinces. La pondération des obligations de sociétés a été réduite au profit des obligations fédérales durant le trimestre, le Fonds ayant réalisé des gains sur les obligations de sociétés et relevé la qualité du crédit et la liquidité du portefeuille.

Le Fonds a continué de surpondérer les obligations indexées sur l’inflation du Canada. Ces obligations ont surclassé les obligations nominales du Canada sur fond de montée des attentes d’inflation intégrées à ces titres. Les obligations canadiennes indexées sur l’inflation pourraient encore grimper puisque leur valeur a moins augmenté que celle de titres semblables indexés sur l’inflation dans des pays comparables.

Les titres à 30 ans sont passés de surpondérés à sous-pondérés et ont été remplacés en partie par des titres à sept ans, en diapason avec la réduction de la duration du Fonds durant le trimestre.

La qualité globale du crédit du portefeuille concordait avec celle de son indice de référence. Au quatrième trimestre, l’amélioration de la qualité du crédit est venue en grande partie de la diminution de la pondération des obligations de sociétés en faveur des obligations fédérales.

Le portefeuille surpondère les obligations de sociétés en dollars américains, qui sont exclues de l’indice de référence. Ces titres sont surpondérés en raison de leur potentiel d’amélioration du rendement et de leurs avantages sur le plan de la diversification. Les obligations en dollars américains sont couvertes au moyen d’un swap de flux de trésorerie pour limiter le plus possible l’exposition du Fonds aux variations du billet vert et des taux d’intérêt américains. La pondération des titres en dollars américains a baissé de 4,5 % pour clôturer le quatrième trimestre à 12,4 %. Cette diminution est largement attribuable à la vente d’obligations de sociétés industrielles en dollars américains et d’obligations du Trésor américain, dont le produit a été affecté à l’achat d’obligations fédérales canadiennes.

Mandat privé de titres de créance de base avantage sun life aperçu mensuel du mandat:

Série A 

Série F

En savoir plus sur les Mandats de placement privés Sun Life

¹ Banque du Canada, Rapport sur l’actif et le passif.
² Statistique Canada, Opérations internationales en valeurs mobilières.
³ BMO Marchés des capitaux.

Les points de vue exprimés sont ceux de la société Gestion de capital Sun Life (Canada) inc., sous-conseiller de Mandat privé de titres de créance de base Avantage Sun Life pour lesquels Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire de portefeuille. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les titres de série A sont offerts à tous les investisseurs, tandis que les titres de série F ne sont offerts qu’aux investisseurs qui bénéficient d’un programme intégré à honoraires auprès de leur courtier inscrit. Bien que les titres de série A et de série F aient le même portefeuille de référence, toute différence de rendement entre les deux séries est principalement attribuable à des différences concernant les frais de gestion et d’exploitation. Les frais de gestion des titres de série A comprennent des commissions de suivi, contrairement aux frais de gestion des titres de série F. Les investisseurs qui souscrivent des parts de série F peuvent verser des honoraires pour compte à honoraires, lesquels sont négociés avec leur courtier inscrit et payés à ce dernier.

Placements mondiaux Sun Life est le nom commercial de Gestion d’actifs PMSL inc., de la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie et de la Fiducie de la Financière Sun Life.

Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire des fonds communs de placement de la Sun Life, des Solutions gérées Granite Sun Life et des Mandats privés de placement Sun Life. 

© Gestion d’actifs PMSL inc. et ses concédants de licence, 2021. Gestion d’actifs PMSL inc. est membre du groupe Sun Life. Tous droits réservés.