À effet du 27 novembre 2021, les options Frais de souscription différés et Frais de souscription réduits ne seront plus offertes pour les souscriptions de fonds communs de placement de Placements mondiaux Sun Life. Les transferts entre fonds ayant la même option de frais de souscription seront autorisés.

Fonds croissance mondial MFS Sun Life

Commentaires sur les fonds | T1 2022

Opinions et commentaire fournis par MFS Gestion de placements Canada limitée.

Revue des marchés

L’inflation, la crainte suscitée par la hausse des taux d’intérêt et le conflit russo-ukrainien ont ébranlé les marchés au premier trimestre de 2022. La volatilité a donc augmenté, l’indice de volatilité VIX atteignant un niveau inédit depuis le début de 2021. Après que leur important dégagement amorcé en novembre 2021 se soit poursuivi durant les deux premiers mois de l’année, les actions de croissance ont quelque peu remonté en mars. Le contraste entre les titres de valeur et de croissance a été frappant, l’indice MSCI All Country World Value perdant 0,95 %, contre un recul de 9,72 % de l’indice MSCI All Country World Growth. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement et la guerre ont contribué à la montée des prix des produits de base; le prix du pétrole a dépassé 100 $ le baril, permettant au secteur énergétique de l’indice MSCI All Country World Growth de progresser de 14 % sur le trimestre. Les secteurs jugés plus défensifs dans un contexte de chute des cours boursiers, y compris la consommation de base et les services publics, ont également affiché une bonne tenue relative parce qu’ils ont servi de refuge aux investisseurs qui redoutaient la volatilité.

Le Fonds croissance mondial MFS Sun Life (série F) a tiré de l’arrière par rapport à l’indice MSCI All Country World au premier trimestre de 2022. La période a été largement dominée par le secteur de l’énergie, auquel le fonds n’était pas exposé. De plus, le secteur des services financiers, nettement sous-pondéré dans le fonds, a surperformé puisque les banques centrales des États-Unis et du Royaume-Uni sont résolues à relever leurs taux d’intérêt pour endiguer l’inflation malgré le renforcement des pressions récessives. La sous-pondération des matériaux et la sélection de titres dans ce secteur (Sherwin-Williams et Sika Ag) ont également nui au rendement relatif, lequel a toutefois été bonifié par la sélection d’actions dans les technologies de l’information (Visa Inc. et Fiserv Inc.).

Au cours du trimestre, les actions du quintile le plus cher de l’indice MSCI All Country World Growth, selon le ratio C/B prévu, ont le plus dévissé et enregistré un rendement nettement inférieur au -9,72 % de l’indice, tandis que les titres du quintile le meilleur marché ont pratiquement fait du surplace. Or, le portefeuille a une exposition quasi-nulle au quintile le plus cher de l’indice et surpondère fortement les trois quintiles les moins dispendieux. Malgré qu’un léger rétablissement des titres onéreux ait effacé une partie de sa performance relative en mars, le portefeuille a réussi à clôturer le trimestre avec une avance respectable sur l’indice de croissance. 

Au niveau des titres, l’effet négatif de l’absence de placements dans les titres technologiques onéreux Amazon et Tesla et de la nette sous-pondération d’Apple a été en partie contrebalancé par l’incidence positive de l’absence de positions dans Meta Platforms, Netflix et PayPal qui ont perdu entre 27 % et 39 % durant le trimestre. Les placements dans Alphabet, Aon, Boston Scientific, Becton Dickinson, Charles Schwab et Dollarama ont aussi exercé une influence favorable sur le rendement du trimestre. En 2020, l’équipe avait profité de l’accès de faiblesse temporaire imputable à la fermeture liée à la pandémie pour étoffer chacune de ces positions dont la valorisation paraissait intéressante à long terme; elle a commencé à les élaguer au cours du trimestre, maintenant que leur surperformance récente a rendu leurs multiples moins favorables.

Chemin de fer Canadien Pacifique
La position surpondérée dans la société ferroviaire transcontinentale Chemin de fer Canadien Pacifique (Canada) a contribué au rendement relatif. Les résultats financiers du quatrième trimestre déclarés par la direction correspondaient pour l’essentiel aux attentes consensuelles, grâce à une exploitation solide malgré la baisse de volume liée à la pandémie et les contraintes d’approvisionnement. Plus tard au cours du trimestre, le titre a réagi favorablement à l’approbation de la fusion avec Kansas City Southern par le conseil d’administration des deux sociétés. Cette approbation lève un important obstacle avant la dernière étape du processus, à savoir l’approbation réglementaire par le Surface Transportation Board attendue tard en 2022, après laquelle les deux sociétés pourront entamer leur intégration.

Dollarama Inc
La position surpondérée dans l’exploitant de magasins à un dollar Dollarama (Canada) a contribué au rendement relatif. Le titre a monté, porté par un bénéfice par action supérieur aux attentes au quatrième trimestre et des ventes solides de magasins comparables. De plus, la direction a annoncé qu’elle vendrait des produits jusqu’à 5 $, décision que les investisseurs semblent avoir accueillie favorablement, considérant qu’elle allait donner à la société plus de latitude pour gérer sa rentabilité face à la pression de l’augmentation des coûts.

Credicorp Ltd
La position surpondérée dans la société de services financiers Credicorp (Pérou) a avantagé le rendement relatif. La banque a déclaré un bénéfice net plus élevé que prévu, surtout en raison d’une diminution des provisions pour pertes sur prêts et d’une amélioration des revenus autres que d’intérêts.

Icon Plc 
La position dans la société de recherches cliniques ICON (Irlande) a nui aux résultats relatifs. Bien que la société ait obtenu un bénéfice par action meilleur que prévu, grâce à des revenus élevés et à une forte demande de la clientèle, le cours du titre a baissé malgré l’absence de mauvaises nouvelles notables.

Accenture Plc
La position surpondérée dans la société de services TI Accenture (États-Unis) a pesé sur le rendement relatif. Bien que la société ait déclaré des résultats trimestriels solides qui ont nettement dépassé les attentes, le cours du titre a reculé avec l’ensemble des marchés boursiers sur fond d’escalade du conflit russo-ukrainien.

Adidas Ag
La position surpondérée dans le fabricant de vêtements et d’équipements de sport Adidas (Allemagne) a nui aux résultats relatifs en raison de ventes moins élevées que prévu principalement imputables à des pénuries d’approvisionnement et à une conjoncture commerciale difficile en Chine élargie. Le titre a également souffert des activités de la société en Russie et en Ukraine.

Opérations importantes

Après plusieurs années de rendements absolus solides et d’expansion des valorisations des actions de croissance, la correction récente a fourni l’occasion de prendre de nouvelles positions dans des sociétés à croissance composée stable dont l’équipe juge les titres raisonnablement évalués du fait de l’approche à court terme d’autres investisseurs.

Étoffement/Achat

  • Durant le trimestre, le fonds a pris une position dans le fournisseur de logiciels de données et de services hypothécaires Black Knight. L’équipe apprécie le quasi-monopole bien ancré de la société dans les services aux administrateurs hypothécaires, l’empreinte de Black Knight s’étendant à plus de la moitié des prêts hypothécaires aux États-Unis. L’équipe est attirée par la domination massive de la plateforme, difficile à reproduire et compliquée à remplacer, et par le faible coût des services de la société malgré leur caractère essentiel pour la clientèle hypothécaire. L’équipe apprécie également la technologie de montage des prêts de Black Knight; bien que cette activité représente actuellement un plus faible pourcentage des revenus de la société, elle croît à un rythme beaucoup plus élevé que le marché, dynamisée par des innovations récentes et des occasions de ventes croisées. L’équipe a pris la position moyennant une petite prime par rapport au marché alors que le ratio C/B relatif du titre frôlait son plus bas niveau depuis l’introduction de la société en bourse en 2015.
  • Le fonds a pris une position dans le fournisseur de technologie automobile Aptiv, dont l’équipe apprécie l’exposition à des secteurs de croissance clés de l’industrie automobile, comme l’électrification haute tension et les connecteurs des véhicules électriques (VE) et les technologies de sécurité active de tous les types d’automobiles. Sur le marché des VE, la société indique vendre environ 2,5 fois plus de contenu technologique par VE que par véhicule à moteur à combustion interne (MCI). De plus, Aptiv estime que son contenu se retrouve dans 50 % des VE contre seulement 30 % des voitures MCI. Il y a là une possibilité de croissance évidente pour la société, puisqu’à l’échelle mondiale, la part des VE devrait atteindre entre 35 % et 50 % des voitures vendues à la fin de la décennie, contre 6 % à 7 % actuellement. Lorsque le titre a été acheté à la mi-mars, il avait baissé d’environ 35 % depuis le début de l’année, les investisseurs semblant se concentrer excessivement sur les problèmes d’approvisionnement à court terme plombant l’ensemble de l’industrie et l’incidence (possible) du conflit russo-ukrainien sur la demande. L’équipe n’investit pas sur la foi d’un point de vue différencié à l’égard de la durée de ces enjeux, mais elle juge la valorisation du titre convaincante à long terme, d’autant plus que l’on s’attend à une croissance supérieure à la moyenne historique sur toute la durée du cycle.
  • Le fonds a accru ses placements dans les tours de radiodiffusion sans fil en prenant une position dans Cellnex, qui possède les mêmes caractéristiques attrayantes que American Tower (également détenue dans le fonds), à savoir un partage des tours qui constitue un modèle d’affaires gagnant-gagnant, des contrats à long terme prévoyant des hausses de prix et une croissance interne vigoureuse et durable. Malgré ces attraits, le titre présente une valorisation que l’équipe juge raisonnable, notamment en raison de la pression exercée par la hausse des taux d’intérêt.
  • Durant le trimestre, le fonds a également étoffé ses positions dans les détaillants à prix réduits B&M et Ross Stores, la chaîne de cafés mondiale Starbucks et la plateforme d’évaluation du crédit des consommateurs Equifax à des valorisations de plus en plus intéressantes.

Élagage/Vente

  • Le fonds a élagué ses positions dans certains titres gagnants dont la valorisation avait monté, y compris la société de biens de consommation de base Church & Dwight, dont la surperformance avait exagéré la pondération.
  • Le fond a aussi élagué ses placements dans Stryker et Boston Scientific, en partie pour réduire la forte surpondération du secteur du matériel médical qui avait affiché une performance relative robuste depuis le début du dégagement des actions de croissance tard l’an dernier. Cet élagage est également influencé par le risque que la demande comprimée liée à la COVID ne soit pas aussi importante qu’on le prévoyait à l’origine.
  • Le fonds a également réduit ses positions dans Charles Schwab, Alphabet et Dollarama, qui ont récemment surperformé.

Positionnement du fonds

L’équipe s’attend à ce que la valeur surclasse la croissance pendant un ou deux ans, dans une conjoncture de hausse des taux d’intérêt. En général, les sociétés axées sur la valeur sont moins sensibles aux taux d’intérêt que les sociétés axées sur la croissance. Leurs flux de trésorerie relativement stables (par rapport aux sociétés de croissance) leur procurent un coussin que celles-ci n’ont pas. De plus, elles ont tendance à détenir plus d’actifs propres que leurs homologues de croissance, de sorte que l’inflation accroît la valeur de leurs actifs. Enfin, une forte croissance économique est habituellement plus favorable aux sociétés de valeur qu’aux sociétés de croissance, lesquelles surperforment quand la croissance (et donc les bénéfices) se fait plutôt rare.

Le fonds étant axé sur la croissance, il est naturellement tourné vers les secteurs exposés aux tendances de croissance à long terme comme les technologies, les données et les services en ligne. Cependant, la stratégie de placement privilégie fortement la croissance à prix raisonnable (CAPR), d’où la recherche de titres affichant une valorisation attrayante et l’absence des actions plus dispendieuses. Bien qu’elle évite les titres technologiques plus onéreux, l’équipe a réussi à investir dans plusieurs des principaux domaines de croissance séculaire (comme l’infonuagique, le commerce électronique, les paiements numériques et la publicité en ligne) sans déroger à son style CAPR. Les principales positions détenues dans ces secteurs sont Microsoft (services infonuagiques et croissance des logiciels), Alphabet (situation dominante dans la publicité numérique et croissance de la plateforme infonuagique), Accenture (services-conseils mondiaux en TI), Visa et MasterCard (virage séculaire vers les paiements numériques et croissance du commerce électronique), Alibaba (plateforme robuste de commerce et paiements électroniques et croissance des services infonuagiques), Tencent (principale plateforme chinoise de messagerie, de services infonuagiques et de jeu en ligne), Naver (principal moteur de recherche en Corée du Sud) et Electronic Arts (virage séculaire vers le jeu en ligne). L’équipe reste optimiste à l’égard des perspectives à long terme de ces sociétés. Le fonds n’a pas détenu les titres technologiques plus dispendieux comme Amazon, Shopify, Netflix, Adobe, Salesforce Facebook/Meta et Tesla, surtout en raison des préoccupations liées à leur valorisation élevée.

Récemment, l’engouement des investisseurs individuels a fait monter le cours du Bitcoin; cependant, on s’interroge sur le risque de manipulation du marché puisque les cryptomonnaies sont négociées sur des plateformes non traditionnelles en l’absence de structure de réglementation centralisée. Le cours du Bitcoin s’était déjà envolé en 2017, pour s’effondrer quelques mois plus tard. Le fonds investit dans des sociétés ayant une certaine exposition aux cryptomonnaies, mais ces monnaies et la chaîne de blocs ne font pas partie des placements de base du portefeuille. Récemment, l’équipe a observé que des entreprises prospectent à différents niveaux l’intégration de ces innovations dans leurs produits et services. Visa et MasterCard ont fait les manchettes en explorant les technologies de chaîne de blocs, tandis que Microsoft et Amazon ont entrepris d’explorer des cas d’utilisation d’identité plus décentralisée. Ceci ne représente encore qu’une infime partie des activités de ces chefs de file des paiements numériques et des logiciels, mais ces sociétés ne veulent surtout pas se laisser distancer par les nouvelles technologies. De ce point de vue, l’exploration de cas d’utilisation peut améliorer leurs perspectives de croissance à long terme si cette technologie en vient à dépasser le stade largement spéculatif pour se tailler une place plus importante dans l’écosystème des paiements.

Le fonds n’investit toujours pas dans les mines et les métaux. Bien que ces titres puissent offrir une protection efficace contre l’inflation, les sociétés de ces secteurs se caractérisent généralement par des produits banalisés, des activités très cycliques et une forte intensité en capital. Le portefeuille ayant constamment privilégié les sociétés de grande qualité dotées d’avantages concurrentiels uniques et de bénéfices durables plutôt que cycliques, l’équipe a trouvé peu d’occasions intéressantes dans les secteurs des mines et des métaux.

Le fonds n’investit pas en Russie et est peu exposé à l’Ukraine. Le récent conflit armé entre ces deux pays n’a pas amené l’équipe à modifier le positionnement géographique du fonds. L’équipe fonde ses décisions de placement sur un horizon de placement à long terme et n’apporte pas d’ajustements tactiques au portefeuille en fonction d’une analyse descendante des pays ou des secteurs. Elle surveillera l’incidence possible de l’affrontement russo-ukrainien sur chaque société, en se fiant à sa plateforme de recherche mondiale qui intègre l’analyse de la situation macroéconomique, du marché et des événements extrêmes, sans perdre de vue que les investisseurs à long terme patients peuvent profiter des accès de volatilité et des replis du marché.

Le fonds investit dans les sociétés chinoises Tencent, Alibaba, Kweichow Moutai et JD.com, à hauteur combinée d’un peu moins de 5 % de son actif net total. Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la majorité des observateurs considéraient sans doute qu’une tentative chinoise de réintégrer Taïwan par la force constituait le risque géopolitique le plus prégnant. Cependant, la difficulté de la Russie à subjuguer l’Ukraine et la réaction mondiale beaucoup plus vive que prévu contre la Russie pourraient inciter la Chine à réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une telle aventure. La Chine souhaite encore ardemment réintégrer Taïwan dans son giron, mais le risque d’une telle manœuvre a diminué dans un avenir prévisible.

Rendement du fonds

Rendements composés (%)1 Depuis la création2 10 ans 5 ans 3 ans 1 an T1
Fonds croissance mondial MFS Sun Life - série A 

12,1

12,6

12,2

11,7

3,2

-9,1

Fonds croissance mondial MFS Sun Life - série F 

13,3

13,8

13,5

13,0

4,4

-8,8

Indice MSCI AC World

11,6

12,5

10,2

11,2

6,6

-6,4

¹Les rendements se rapportant aux périodes supérieures à un an sont annualisés. Données au 31 mars 2022. 
²Année civile partielle. Les rendements sont indiqués pour la période allant du 30 septembre 2010 (date de création du fonds) au 31 décembre 2010.

Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les titres de série A sont offerts à tous les investisseurs, tandis que les titres de série F ne sont offerts qu’aux investisseurs qui bénéficient d’un programme intégré à honoraires auprès de leur courtier inscrit. Bien que les titres de série A et de série F aient le même portefeuille de référence, toute différence de rendement entre les deux séries est principalement attribuable à des différences concernant les frais de gestion et d’exploitation. Les frais de gestion des titres de série A comprennent des commissions de suivi, contrairement aux frais de gestion des titres de série F. Les investisseurs qui souscrivent des parts de série F peuvent verser des honoraires pour compte à honoraires, lesquels sont négociés avec leur courtier inscrit et payés à ce dernier.