Revue des marchés

  • La plupart des secteurs des titres à revenu fixe ont dégagé des rendements excédentaires, car les écarts de taux se sont nettement resserrés, soutenus par la reprise économique continue. La pandémie a desserré son étreinte, le nombre de nouvelles infections ayant diminué et plusieurs pays ayant levé leurs mesures de confinement.
  • Les données économiques publiées aux États-Unis ont été généralement encourageantes; le gonflement de la demande sur fond de réouverture continue de l’économie a entraîné certains problèmes d’approvisionnement et fait grimper les prix. Le rythme de la reprise du marché du travail a déçu en raison des chiffres de l’emploi non agricole très inférieurs aux attentes. Les craintes d’inflation ont sapé le moral des consommateurs. L’indice des prix à la consommation (IPC) a progressé davantage que prévu et enregistré sa plus forte hausse sur 12 mois depuis 2008.
  • La plupart des grandes banques centrales ont maintenu leur politique monétaire accommodante. La Banque d’Angleterre a réduit le rythme hebdomadaire de ses assouplissements quantitatifs. La Banque centrale de Norvège et la Banque de réserve de la Nouvelle-Zélande ont indiqué qu’elles pourraient donner un premier tour de vis au deuxième semestre de 2021 et en 2022 respectivement. Toutes les autres grandes banques centrales ont laissé leur politique inchangée.
  • Les taux des titres souverains mondiaux ont fini sur une note mitigée. Les taux obligataires américains ont terminé le mois en baisse malgré les surprises positives sur le plan de la croissance et de l’inflation. En Europe, les spéculations sur une réduction des assouplissements quantitatifs de la Banque centrale européenne ont fait grimper les taux des obligations périphériques; cependant, les obligations souveraines ont réduit leurs pertes vers la fin du mois après que la présidente de l’institution, Christine Lagarde, eut répété qu’il était trop tôt pour parler de réduire les achats d’actifs dans le cadre du Programme d’achats d’urgence face à la pandémie (PEPP).
  • Les obligations de crédit mondiales ont surclassé les obligations d’État de duration équivalente sur fond de resserrement des écarts de taux au cours du mois. Dans les secteurs de la titrisation, les titres adossés à des créances hypothécaires d’organismes gouvernementaux ont affiché un rendement inférieur à celui des obligations du Trésor de duration équivalente, car l’IPC supérieur aux attentes fait craindre que la Fed doive ralentir le rythme de ses achats d’actifs plus tôt que prévu. Du côté des marchés émergents, les titres de créance locaux ont surclassé les titres de créance extérieurs. Les titres locaux ont profité de l’appréciation des monnaies des pays émergents, alors que les variations des taux des marchés émergents ont eu un effet limité.

Rendement et attribution

  • Le fonds a dégagé des rendements globaux positifs au cours du mois. Les positions dans les secteurs stratégiques et les positions neutres par rapport au marché ont eu des effets favorables, alors que les positions tactiques ont légèrement nui aux résultats. Les taux des titres souverains mondiaux ont fini le mois sur une note mitigée tandis que les taux américains ont terminé en baisse après quatre mois de hausse d’affilée. La plupart des secteurs des titres à revenu fixe ont dégagé des rendements excédentaires, car les écarts de taux se sont nettement resserrés, soutenus par la reprise économique continue.
  • Les positions dans les secteurs stratégiques ont le plus contribué au rendement, à commencer par les placements en titres de créance locaux des marchés émergents, en obligations indexées sur l’inflation et en titres américains adossés à des créances hypothécaires. Ces positions ont bénéficié du bond de la demande mondiale qui a fait grimper les prix des produits de base et de l’immobilier et affaibli le billet vert.
  • Les positions neutres par rapport au marché ont aussi eu des effets positifs grâce aux bons résultats des deux stratégies en devises (Obligations à rendement absolu et monnaie et Monnaie – opportuniste). Ces dernières ont profité de la sous-performance globale du dollar américain dans un contexte d’appétit pour le risque en détenant des positions acheteur en euros, en livres sterling et dans certaines monnaies de pays émergents. Le fonds a également bénéficié des stratégies de valeur relative applicables au crédit, qui ont profité de la surperformance des titres de créance américains de première qualité par rapport à certains titres de créance souverains d’Asie.
  • Les positions tactiques ont légèrement nui au rendement, car la contribution positive des prêts bancaires et des positions acheteur en obligations du Trésor américain n’a pas suffi à compenser l’effet négatif des placements en titres de créance souverains des pays périphériques d’Europe, dont la valeur s’est ajustée à la lumière des améliorations du cycle mondial.

Positionnement et perspectives

  • Selon le gestionnaire de portefeuille, le cycle mondial devrait continuer de s’améliorer rapidement, car les mesures robustes de relance monétaire et budgétaire combinées à la libération de la demande des consommateurs entraîneront une accélération de la croissance mondiale nominale et de l’inflation. Cependant, il pense toujours que l’économie mondiale n’est pas entièrement sortie du cycle de faible productivité et de croissance réelle inférieure à la tendance. Le gestionnaire de portefeuille prévoit que les taux d’intérêt, les écarts de taux et les devises resteront volatils, car les attentes des participants du marché oscillent entre une hausse des taux réels, d’une part, et des taux réels plus positifs mais faibles, d’autre part. De plus, l’amélioration perceptible des données cycliques est déjà en grande partie intégrée aux écarts de taux et aux taux d’intérêt mondiaux, en particulier aux États-Unis.
  • Le gestionnaire de portefeuille mise toujours sur une amélioration des perspectives du cycle économique mondial en détenant des placements en obligations indexées sur l’inflation, en créances structurées liées à la consommation et en prêts bancaires. Il pense aussi que les positions en titres de créance locaux des marchés émergents et les positions vendeur en dollars américains continueront de dégager de solides rendements, car les marchés continuent de reconnaître la dynamique plus favorable de l’inflation en dehors des États-Unis.
  • Plus généralement, le gestionnaire de portefeuille s’attend à ce que les marchés se stabilisent à des niveaux de taux réels favorables à nos placements en obligations souveraines de pays qui resserreront leur politique plus rapidement. Il pense que l’incertitude macroéconomique continuera de nourrir la volatilité du marché, ce qui créera de nombreuses occasions pour les stratégies de crédit et de taux d’intérêt et les stratégies en devises neutres par rapport au marché.

Renseignements importants

Wellington est un sous-conseiller non affilié du Fonds de titres à revenu fixe opportuniste Sun Life. Réservé aux spécialistes des placements et aux investisseurs qualifiés. LES RÉSULTATS ANTÉRIEURS NE CONSTITUENT PAS UNE GARANTIE DES RÉSULTATS FUTURS ET LA VALEUR DES PLACEMENTS PEUT DIMINUER.

Reproduction et diffusion externe interdites. Les points de vue exprimés sont ceux de l’auteur, se fondent sur les renseignements disponibles au moment de la rédaction du document et peuvent changer sans préavis. Les énoncés prospectifs ne sont valables qu’à la date où ils sont faits et Wellington Management n’est aucunement tenue de les actualiser. Les énoncés prospectifs sont fondés sur de nombreuses hypothèses et assujetties à de nombreux risques et impondérables qui peuvent changer avec le temps. Ce document ne doit pas être considéré comme des conseils en placements ni une recommandation d’achat ou de vente d’un titre en particulier. Certaines des données fournies proviennent d’une tierce partie. Les données sont considérées comme fiables, mais aucune garantie n’est donnée quant à leur exactitude ou à leur exhaustivité.

Les points de vue exprimés sont ceux de Wellington Management Canada, sous-conseiller de certains fonds communs de placement Sun Life pour lesquels Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire de portefeuille. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce document provient de sources considérées comme fiables, mais aucune garantie, explicite ou implicite, n’est donnée quant à son exactitude et à sa pertinence.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des fonds communs de placement peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur unitaire et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.