Revue des marchés

Les courbes des taux se sont accentuées partout dans le monde, tandis que les écarts dans la plupart des secteurs autres que les titres d’État se sont légèrement resserrés, le déploiement des vaccins offrant l’espoir d’une réouverture de l’économie et d’une probabilité accrue d’une mise en place de mesures supplémentaires de relance budgétaire avec la victoire des Démocrates aux élections sénatoriales aux États-Unis.

Aux États-Unis, les données économiques ont été relativement positives :
  • Le PIB annualisé du quatrième trimestre a été inférieur aux attentes et le déficit commercial a dépassé son sommet de la dernière décennie en raison des importations records de biens de consommation.
  • Le marché du travail a stagné en raison de l’emploi non agricole inférieur aux attentes et des demandes d’assurance-chômage qui ont atteint un sommet intramensuel.
  • Les restrictions accrues ont diminué les dépenses dans les restaurants et les centres commerciaux, ce qui a fait baisser les ventes au détail; par ailleurs, la confiance des consommateurs s’est renforcée, stimulée par les aides financières supplémentaires octroyées pendant la pandémie.
  • L’indice PMI manufacturier Markit a bondi grâce au volume important de nouvelles commandes, tandis que la forte demande des consommateurs a fait augmenter l’indice PMI des services.  Les perspectives commerciales de la Federal Reserve Bank of Philadelphia ont atteint les niveaux d’avant la pandémie grâce à la hausse du volume des nouvelles commandes, ainsi que des livraisons et de l’emploi.
  • Les données sur le marché du logement ont été généralement positives, soutenues par la demande induite par la pandémie et les faibles taux hypothécaires.

Les taux de la majorité des obligations souveraines mondiales ont augmenté, faisant écho au mouvement des marchés de taux tiré par les États-Unis. La courbe des taux des obligations du Trésor américain s’est accentuée en raison de la probabilité de la mise en place de mesures de relance budgétaire supplémentaires sous l’effet des victoires remportées par les Démocrates lors des élections sénatoriales en Géorgie. En Europe, les rendements des obligations d’État britanniques ont légèrement progressé, soutenus par les commentaires du gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, qui a atténué les attentes à l’égard d’un taux directeur négatif en 2021.

Les obligations de crédit mondiales ont surclassé les obligations d’État de duration équivalente sur fond de resserrement des écarts de crédit. Dans les secteurs de la titrisation, les titres adossés à des créances hypothécaires d’organismes gouvernementaux ont généralement affiché un rendement supérieur à celui des obligations d’État de duration équivalente, tout comme les titres adossés à des prêts hypothécaires commerciaux et les titres adossés à des actifs. Du côté des marchés émergents, les titres de dette extérieure ont produit des rendements globaux négatifs car les taux américains ont nui au rendement. Les titres de dette locale ont enregistré des rendements globaux négatifs à cause de la dépréciation des monnaies des marchés émergents.

Rendement et attribution

Les rendements globaux ont été légèrement négatifs au cours du mois, les effets positifs des moteurs de rendement neutres au marché ayant partiellement compensé les effets négatifs des secteurs stratégiques.

Les positions acheteur sur des titres des marchés émergents, principalement des pays de l’Amérique latine comme le Mexique et le Panama, ont nui au rendement, éclipsant les contributions positives des positions vendeur sur des titres allemands.  

Dans les stratégies Défis de base, les positions acheteur sur des obligations d’État de la Corée du Sud et d’Israël ont le plus nui au rendement. Nous conservons ces positions et avons ajouté une exposition à la Chine, étant donné que l’économie de ce pays est en expansion et semble être en bonne voie de redressement.

Le compartiment des créances titrisées, dans les stratégies Retombées du programme TALF, ont le plus contribué au rendement au cours du mois, principalement les obligations garanties par des prêts et des instruments de transfert de risque de crédit. Ces structures ont continué de tirer profit à la fois de la vigueur du marché du logement aux États-Unis, de la demande de billets de trésorerie à rendement plus élevé et des conditions fondamentales des garanties, qui ont continué de s’améliorer.

Les stratégies en devises, qui comprenaient notamment des positions vendeur sur le dollar américain, ont nui au rendement, le dollar s’étant apprécié de 0,7 %; au début du mois, les positions acheteur sur la livre sterling ont tiré profit de leur gain de 0,3 % par rapport au dollar américain.

L’exposition aux prêts bancaires dans les stratégies tactiques a contribué favorablement aux résultats du mois, tout comme les positions en titres des secteurs de la consommation discrétionnaire et des communications.

Positionnement et perspectives

Au cours du mois, la duration globale a légèrement augmenté, passant de 5,8 à 5,9 ans.

Au cours du mois de janvier, nous avons réduit l’exposition aux obligations américaines indexées sur l’inflation dans les stratégies Gouvernements activistes, afin d’empocher les gains réalisés à la suite de la hausse du point mort d’inflation. Comme la tendance désinflationniste à long terme pourrait s’inverser, nous continuons de privilégier les obligations mondiales indexées sur l’inflation, et nous conservons nos positions en Allemagne, au Japon et au Canada.

Le fonds continue de privilégier les sociétés de secteurs bien structurés qui réussissent à surmonter les effets conjoncturels découlant de la pandémie de COVID-19, principalement des occasions créées par la dislocation du marché du crédit, et dont la couverture par l’actif est nettement supérieure à l’endettement. Dans le compartiment des titres de créance de bonne qualité, le portefeuille continue de privilégier une position longue dans le secteur par l’intermédiaire du CDX.IG; cette opération misant sur la valeur relative est fondée sur notre conviction que la volatilité des écarts de taux sera atténuée grâce à la politique accommodante de la Fed.

Nous continuons de croire que des mesures vigoureuses de relance budgétaire et monétaire appuieront la reprise des marchés émergents et de privilégier une stratégie axée sur le risque favorisant des pays d’Amérique latine et de l’Asie-Pacifique sélectionnés judicieusement.  

Renseignements importants

Les points de vue exprimés sont ceux de Wellington Management Canada, sous-conseiller de certains fonds communs de placement Sun Life pour lesquels Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire de portefeuille. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce document provient de sources considérées comme fiables, mais aucune garantie, explicite ou implicite, n’est donnée quant à son exactitude et à sa pertinence.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des fonds communs de placement peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur unitaire et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

© Gestion d’actifs PMSL inc., 2020. Gestion d’actifs PMSL inc. est membre du groupe Sun Life.