Le 20 juillet 2020, Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. deviendra Gestion d’actifs PMSL inc. Il nous faudra un certain temps pour actualiser nos sites Web, notre matériel et nos formulaires. Jusqu’à ce que ce soit fait, toutes les références à Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. doivent être interprétées comme Gestion d’actifs PMSL inc. Nous avons aussi regroupé les activités de la Sun Life liées aux fonds communs de placement, aux fonds distincts, aux rentes et aux produits de placement garantis sous la marque collective Placements mondiaux Sun Life.

Fonds d'actions mondiales à faible volatilité MFS Sun Life

Commentaries sur les fonds | T2 2020

Téléchargez la version PDF

Opinions et commentaire fournis par MFS Gestion de placements Canada limitée.

Revue des marchés

Les actions mondiales ont fortement rebondi au deuxième trimestre, suivant de près l’évolution des données sur la mobilité découlant de la réouverture des économies et de la remontée de nombreux indicateurs économiques importants après les creux atteints pendant le confinement lié à la COVID-19. L’indice PMI manufacturier, indicateur des tendances économiques, a fortement progressé durant le trimestre, les données de juin laissant entrevoir un redressement généralisé. Bien que la reprise en V des marchés boursiers et des principaux indices économiques soit encourageante, la remontée des nouveaux cas de COVID-19 dans certains pays en juin et l’aplatissement des données sur la mobilité ont ébranlé les marchés. L’agitation pourrait persister alors que les gouvernements seront peut-être forcés de ralentir la réouverture ou de faire marche arrière. Les tensions commerciales (particulièrement entre les États-Unis et la Chine), les progrès liés au vaccin contre la COVID-19 et les politiques accommodantes influencent également la vitesse et la vigueur de la reprise.

Durant le trimestre, le marché a été dominé par certains titres de moindre qualité et à faible bêta ayant profité du confinement, largement influencés par les actions américaines à très forte capitalisation (FANG). Les marchés de l’Europe et du Pacifique ont généralement été surclassés par l’indice de référence ACWI, à l’exception de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Nouvelle-Zélande. Dans l’ensemble, les marchés émergents sont restés à la traîne, mais certains marchés ont affiché une surperformance, y compris l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde.

Le marché a été dominé par un petit nombre de secteurs, en particulier ceux qui ont profité des mesures de confinement. La technologie, à commencer par les sociétés de logiciels et de paiements électroniques, a été le secteur le plus performant. Le secteur de la consommation discrétionnaire a également surperformé, profitant de la vigueur des actions liées au commerce de détail en ligne et à la rénovation résidentielle. La solidité des sociétés des médias s’est traduite par une surperformance du secteur des services de communications. La forte expansion des déficits gouvernementaux et des bilans des banques centrales, visant à compenser la contraction économique, a été favorable aux actions aurifères et le secteur des matériaux a affiché d’excellents résultats. Les secteurs cycliques comme les services financiers et l’industrie ont sous-performé durant le trimestre; les rendements ont toutefois été volatils. Les secteurs défensifs, comme la consommation de base et les services publics, ont affiché une faiblesse persistante durant la période.

Compte tenu des rendements sectoriels ci-dessus, seuls certains facteurs se sont distingués à l’échelle mondiale, essentiellement (à quelques exceptions près) la croissance et la progression des cours. Alors que les facteurs de rentabilité (comme le RCP) ont surperformé, d’autres facteurs liés à la qualité (p. ex., effet de levier et charges) ont affiché une piètre performance. Les actions à faible capitalisation ont surclassé les actions à forte capitalisation, reflétant le désintérêt pour les titres de qualité. Malgré une amélioration du contexte macroéconomique et technique, les facteurs liés à la valeur sont restés à la traîne durant la période. Dans un contexte de vigueur du marché et de repli des indices mondiaux VIX, les titres à faible volatilité ont largement sous-performé durant la période.

Alors que l’indice MSCI ACWI a inscrit l’un de ses meilleurs rendements trimestriels, le Fonds d’actions mondiales à faible volatilité MFS Sun Life a eu du mal à garder le rythme. L’absence de placement dans les actions les plus volatiles a permis au Fonds de dégager un rendement absolu raisonnable, mais la reprise axée sur le bêta a lourdement pesé sur le rendement relatif. Le rendement du Fonds a aussi été influencé par son exposition aux actions à rendement élevé, ayant souffert des potentielles baisses de dividendes et du redressement des titres de moindre qualité. Du côté de la recherche sur laquelle s’appuie notre processus de placement, les titres en portefeuille – notés « achat » selon nos sources de recherche fondamentale et quantitative – ont généré des rendements inhabituellement faibles. Les excellents résultats obtenus par notre équipe de recherche fondamentale axée sur la qualité ont été contrebalancés par le rendement de la composante de valeur des modèles quantitatifs, ayant souffert du rendement solide dégagé par les actions les plus chères de l’indice de référence. D’autres facteurs liés aux modèles quantitatifs ont eu des effets contrastés sur les résultats.

Les résultats décrits ci-dessus ont été reflétés dans la piètre sélection de titres technologiques dans plusieurs régions. La sélection des titres a aussi nui aux résultats dans les secteurs des soins de santé en Europe (hors R.-U.) et aux États-Unis, des services de communications au Japon et de la consommation discrétionnaire aux États-Unis. Le positionnement du Fonds dans divers secteurs – notamment ses positions surpondérées dans les services publics, l’immobilier et la consommation de base combinées à sa position sous-pondérée dans la technologie – a aussi pesé sur les résultats.

Perspectives et positionnement du portefeuille

L’ampleur et la rapidité des politiques budgétaires et monétaires mises en place ont contribué à une remontée sans précédent par rapport aux creux de mars, et il est donc peu probable que le marché renoue avec ces niveaux. La réouverture des économies et l’amélioration des données sur la mobilité, combinées à la remontée généralisée des principaux indicateurs économiques, laissent entrevoir le début d’une reprise économique mondiale. Le virage vers les actions à bêta élevé et à faible capitalisation ainsi que le resserrement des écarts indiquent le passage d’une contraction à un redressement, qui devrait être dominé par les secteurs cycliques et la valeur. La fermeture sans précédent de la plupart des économies en réponse à la COVID-19 rend ce recul unique. Les investisseurs se sont tournés vers un petit groupe d’actions de croissance à très forte capitalisation, entraînant le plus important écart entre la croissance et la valeur observé depuis la bulle technologique et un potentiel revirement marqué.

Alors que la plupart des indicateurs prévoient une reprise économique et une transition vers une dynamique de début de cycle, le gestionnaire de portefeuille estime qu’il est peu probable que le marché poursuive sa trajectoire en « V ». De nombreux risques liés à la COVID-19 persistent, notamment une potentielle résurgence de la propagation, une deuxième vague ainsi que la course contre la montre pour créer et distribuer un vaccin. Les tensions commerciales, l’agitation sociale et l’approche des élections aux États-Unis menacent également le redressement économique et la confiance des investisseurs.

Incidences importantes sur le rendement

Adobe Systems Inc.
La surpondération de la société de logiciels Adobe Systems (États-Unis) a contribué au rendement relatif. La société a annoncé des revenus plus élevés que prévu résultant d’une plus forte demande pour les services Document Cloud, la pandémie de COVID-19 favorisant le télétravail.

Franco-Nevada
La position surpondérée dans la société canadienne de redevances et d’ententes d’achat de production aurifère Franco-Nevada a contribué au rendement relatif. Les investisseurs se sont tournés vers les valeurs refuges comme l’or en cette période de turbulence, ce qui a bonifié le rendement de la société.

KDDI
La position surpondérée dans la société des télécommunications KDDI (Japon) a nui au rendement relatif. Même si les résultats trimestriels ont été généralement conformes aux attentes, des pressions se sont exercées sur cours de l’action, la société n’ayant pas annoncé le rachat d’actions très attendu de 150 milliards de yens.

Kyocera
Le moment de la prise de position dans le fabricant de produits électroniques et en céramique Kyocera (Japon) a pesé sur le rendement relatif. Le bénéfice d’exploitation a été inférieur aux estimations consensuelles en raison des coûts liés à une poursuite concernant le fabricant d’appareils électroniques AVX Corp et des ventes d’automobiles décevantes dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Apple
L’absence de placement dans le fabricant d’ordinateurs et d’appareils électroniques personnels Apple (États-Unis) a nui au rendement relatif. L’action a grimpé après que la société a annoncé des ventes et des bénéfices supérieurs aux attentes (attribuables à la hausse des ventes en ligne) et un sommet historique des revenus provenant de son App Store.

Rendement du fonds

Rendements composés (%)1 Depuis la création2 3 ans 1 an T2
Fonds d’actions mondiales a faible volatilite MFS Sun Life - série A 6,3 4,9 0,9 6,1
Fonds d’actions mondiales a faible volatilite MFS Sun Life - série F 7,5 6,1 2,1 6,4
Indice MSCI AC World (en $ CA) 10,8 7,8 6,4 14,1

1Les rendements se rapportant aux périodes supérieures à un an sont annualisés. Données au 30 juin 2020.

2Année civile partielle. Les rendements sont indiqués pour la période allant du 11 février 2016 (date de création du fonds) au 31 décembre 2016.

Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur des titres et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les titres de série A sont offerts à tous les investisseurs, tandis que les titres de série F ne sont offerts qu’aux investisseurs qui bénéficient d’un programme intégré à honoraires auprès de leur courtier inscrit. Bien que les titres de série A et de série F aient le même portefeuille de référence, toute différence de rendement entre les deux séries est principalement attribuable à des différences concernant les frais de gestion et d’exploitation. Les frais de gestion des titres de série A comprennent des commissions de suivi, contrairement aux frais de gestion des titres de série F. Les investisseurs qui souscrivent des parts de série F peuvent verser des honoraires pour compte à honoraires, lesquels sont négociés avec leur courtier inscrit et payés à ce dernier.

© Gestion d’actifs PMSL inc., 2020. La société Gestion d’actifs PMSL inc. est membre du groupe Sun Life.