Récemment, le Conference Board du Canada a publié un document (en anglais seulement) qui illustre précisément ce scénario, dans lequel plus de gens auraient un conseiller pour leurs finances. L’organisme a ensuite fait quelques calculs pour étayer ses hypothèses. Les résultats sont éloquents, tant pour les retraités que pour l’économie en général.

Selon le rapport, travailler avec un conseiller pourrait entraîner une hausse globale de 55 à 60 % de l’épargne-retraite. Le modèle indique également que la consommation à la retraite pourrait augmenter de 23 à 25 %. Le rapport révèle que les conseils financiers sont essentiels pour mieux se préparer à la retraite. Il est également important de commencer à épargner tôt.

Le vieillissement démographique rend les conseils financiers d’autant plus nécessaires. Chaque jour, au pays, plus de 1 000 personnes atteignent l’âge de 65 ans1. Selon un rapport publié en 2015 par McKinsey & Compagnie, près de six ménages canadiens sur 10 ne sont pas prêts financièrement à prendre leur retraite.2 En 2016, le Bureau des investisseurs de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a financé une étude sur la préparation à la retraite des gens de plus de 50 ans. Cette étude a révélé que plus de la moitié des personnes interrogées n’avaient aucun programme d’épargne-retraite. Et un tiers de celles qui en avaient un s’estimaient en retard sur leurs objectifs. Le plus troublant est que plus de 20 % des personnes approchant de la retraite n’avaient pas encore commencé à épargner en conséquence.3

Les conseils financiers peuvent aider les gens à se préparer à la retraite avec plus d’assurance et dissiper certaines incertitudes. Selon le rapport du Conference Board du Canada, une personne qui commence à épargner à 25 ans et qui ne fait pas appel à un conseiller pour ses finances dépense 3 % de plus durant sa vie active et a 19 % moins d’économies à la retraite. Avec l’aide d’un conseiller, cette personne pourrait épargner 55 % de plus et augmenter de 23 % sa consommation à la retraite. On suppose également qu’une personne qui commence à épargner à 35 ans et qui ne fait pas appel à un conseiller dépense 3 % de plus durant sa vie active et a 20 % moins d’économies à la retraite. En travaillant avec un conseiller, cette personne pourrait épargner 60 % de plus en vue de la retraite et avoir 23 % de plus à dépenser à la retraite. Autrement dit, les jeunes épargnants qui décident de travailler avec un conseiller réduisent quelque peu leur consommation aujourd’hui pour pouvoir disposer d’une épargne-retraite plus généreuse dans l’avenir.

Les conseils financiers contribuent aussi à l’économie. Selon le rapport, si le nombre de personnes qui font appel à un conseiller augmentait de 10 %, la richesse des ménages grimperait de 2 milliards de dollars. Le PIB réel, lui, grimperait de 900 millions de dollars et les contributions fiscales, de 7 milliards de dollars.

Le dernier point que j’aimerais ajouter concerne les conseillers et la démographie. Comme le reste de la population canadienne, la majorité des conseillers au pays vieillissent. Selon l’étude intitulée Advisor Perception Study4, l’âge moyen des conseillers est de 49 ans, et à peine 27 % d’entre eux ont moins de 40 ans. La prochaine génération de conseillers est bien placée pour endosser un rôle capital, celui d’aider les gens à se préparer à la retraite. Il peut être très valorisant de nouer des relations à long terme avec les Clients et de les voir atteindre différents objectifs tout au long de leur vie financière.

Placements mondiaux Sun Life est fermement persuadée de la valeur des conseils. Et le conseil le plus important que nous pouvons vous donner, c’est de travailler avec un conseiller. Nous sommes fiers de collaborer étroitement avec les conseillers et sommes prêts à leur offrir les produits et les stratégies dont ils ont besoin pour vous aider à planifier l’avenir.

Le présent article contient des renseignements sommaires publiés à titre indicatif par Gestion d’actifs PMSL inc. Bien qu’il ait été préparé à partir de sources considérées comme fiables, Gestion d’actifs PMSL inc. ne peut en garantir l’exactitude ou l’exhaustivité. Ce document vise à fournir des renseignements généraux qui ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement ni des conseils financiers, fiscaux ou juridiques s’appliquant à des cas particuliers. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et pas nécessairement celles de Gestion d’actifs PMSL inc. Notez que les énoncés prospectifs contenus dans le présent article sont de nature spéculative et il est déconseillé de s’y fier. Rien ne garantit que les événements envisagés auront lieu, ou qu’ils se dérouleront de la manière prévue. Veuillez obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements qui figurent dans le présent article.

© Gestion d’actifs PMSL inc. et ses concédants de licence, 2020. Gestion d’actifs PMSL inc. est membre du groupe Sun Life. Tous droits réservés.

  1. Tableaux de données, Recensement de 2016, Statistique Canada. Pour ce recensement, 481 820 Canadiens étaient âgés de 61 ans; cela signifie qu’en moyenne 1 320 personnes atteindraient quotidiennement l’âge de 65 ans en 2020.
  2. McKinsey & Compagnie, Préparation à la retraite au Canada : bâtir sur des acquis solides.
  3. Innovative Research Group, Retirement Readiness, Canadians 50+ (en anglais seulement).
  4. Environics Research, Advisor Perception Study, août 2019 (en anglais seulement).