Téléchargez la version PDF

Après avoir quitté la Réserve fédérale américaine, l’ancien président Ben Bernanke a décrit son état d’esprit au moment de la crise financière mondiale. Évoquant le côté exceptionnel de la situation, il a dit ceci : « nous savions que nous devions sortir des sentiers battus et trouver de nouvelles solutions. »

Ces dernières semaines, les responsables des banques centrales et des politiques budgétaires du monde entier livrent un combat existentiel contre des marchés dysfonctionnels. Au départ, leurs mesures consistaient à réactiver des instruments datant de la crise pour réinjecter des liquidités dans les marchés à risque, tout en offrant du soutien financier aux entreprises, aux gouvernements régionaux et aux ménages dans le besoin. Après avoir épuisé les méthodes habituelles face à une crise de plus en plus grave, les décideurs politiques ont imaginé de nouveaux programmes ambitieux pour contrer l’intensification des bouleversements économiques.

Vous trouverez facilement la longue liste de ces programmes de relance, anciens et nouveaux, qui ne cesse de croître à l’échelle de la planète. La quantité de capitaux actuellement injectés dans le système financier mondial est immense et sans précédent. Par exemple, la quantité d’actifs que la Fed a achetés n’importe quel jour cette semaine dépasse celle des actifs que la banque centrale avait achetés n’importe quel mois en 2008. Et vous souvenez-vous du colossal plan de relance de 2009? Et bien multipliez-le par deux et vous commencerez à avoir une petite idée du tsunami de mesures budgétaires qui, comme l’espèrent plusieurs, sortiront l’économie américaine de la crise. D’autres pays jouent aussi le tout pour le tout. C’est la foire à la relance dans le monde entier!

C’est énorme. Mais est-ce que cela fonctionnera?

Comme par le passé, les décideurs politiques ont d’abord cherché à résoudre les problèmes de liquidité des marchés essentiels, comme le marché monétaire et le marché des billets de trésorerie. Selon eux, on ne peut pas se permettre un manque de liquidités, car cela empêcherait les marchés de crédit de fonctionner. Même si les résultats ont été limités jusqu’à maintenant, il semble clair que la plupart des marchés de crédit ont vu leur niveau de stress diminuer.

Lors des précédentes récessions ou périodes de crise, les décideurs politiques ont voulu encourager les « esprits animaux » au moyen de mesures de relance. Sauf que cette fois-ci, les défis que nous devons affronter sont différents, car le repli et l’arrêt brusque de l’activité économique visent précisément à contenir une crise sanitaire. Dans un contexte où toute la société doit se mettre en isolement, les banques centrales et les décideurs politiques ne peuvent pas encourager un accroissement de la production et de la consommation. À la place, ils essaient donc d’aider les segments de l’économie qui subissent des pertes de revenus. En clair, les méthodes de relance traditionnelles, qui servent à raviver les esprits animaux, entrent en conflit avec le principe de distanciation sociale.

De notre point de vue, les décideurs politiques peuvent résoudre une crise de liquidité, et ils y parviendront. Toutefois, nous prévoyons que le marché devrait se scinder en deux, avec d’un côté les actifs essentiels et de l’autre, les actifs non-essentiels. Les actifs essentiels, ce sont les sociétés qui auront démontré que leur modèle économique est défendable. Elles pourraient être récompensées par des multiples supérieurs à la moyenne du marché et par des coûts de financement inférieurs à la moyenne. À l’inverse, nous pensons que les actifs non-essentiels subiront une décote et une hausse du coût du capital. Aussi novateurs que soient certains de ces programmes de relance, ils ne peuvent pas raviver l’esprit d’un animal blessé. Nous croyons que l’économie devra passer au travers de la crise du virus avant que les vrais esprits animaux puissent faire leur retour. Entretemps, le choix des titres comptera probablement plus que jamais – ou à tout le moins plus qu’il ne l’a jamais fait au cours de notre longue carrière.

RENSEIGNMENTS IMPORTANTS

MFS ou MFS Investment Management désigne MFS Investment Management Canada Limited et MFS Institutional Advisors, Inc. Cet article a été publié pour la première fois aux États-Unis par la MFS Institutional Advisors, Inc. en Octobre 2019 et est publié au Canada par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. (avec son autorisation). Le présent document est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Il ne doit pas être considéré comme une source d’information à cet égard et ne constitue pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières

Les placements dans des fonds communs de placement peuvent donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez consulter le prospectus du fonds. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur. Les opinions exprimées dans ce commentaire sont celles des auteurs et peuvent être modifiées à tout moment. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. ou dont le sous-conseiller est MFS Institutional Advisors, Inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Le contenu de cet article provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude. Ce document peut contenir des énoncés prospectifs concernant l’économie et les marchés, leur évolution future, ainsi que des stratégies ou des perspectives. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers. Ils sont soumis à des incertitudes et à des risques intrinsèques, de sorte que les prévisions et les projections pourraient ne pas se matérialiser. Les événements et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont indiqués ou prévus dans ce document, en raison d’un certain nombre de facteurs importants. Les opinions exprimées dans ce commentaire sont celles des auteurs et peuvent être modifiées à tout moment. Ces opinions ne doivent pas être considérées comme des conseils en placement, des recommandations sur des titres ou une indication d’intention de négociation concernant l’un des produits de placement de la MFS.

© Les sociétés Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc., MFS Institutional Advisors, Inc., MFS Gestion de placements Canada limitée et MFS Instituional advisors sont membres du groupe Sun Life. Le logo MFS® est une marque de commerce de la Massachusetts Financial Services Company et est utilisé avec autorisation.