Download the PDF version

Pendant que nous nous adaptons à la conjoncture des marchés et que nous soupesons les occasions en tenant compte du risque, nous recevons toujours des questions à propos de ce qui domine le marché. Les investisseurs veulent surtout savoir ce que nous pensons des actifs de croissance américains, comme cette catégorie d’actifs dégage un rendement solide.

Compte tenu de la situation de pandémie sans précédent, les gestionnaires actifs peuvent-ils poser un regard différent sur les bénéfices et les flux de trésorerie disponibles? La réponse est certainement oui. Sachant qu’au fil du temps ce sont les bénéfices qui stimulent les cours, nous nous demandons constamment quelles sociétés deviendront plus solides dans les années à venir et lesquelles perdront du terrain. Les meilleures domineront alors le marché. Tout est question de bénéfices, et non de styles, de régions ou de facteurs autres.

La COVID-19 a eu de grandes répercussions sur notre quotidien, sur les plans personnel et professionnel. Avant la pandémie, l’économie numérique affichait une croissance supérieure à celle du PIB américain global (figure 1). Le commerce électronique raflait des parts de marché aux détaillants traditionnels, de plus en plus d’applications passaient au nuage et le travail à distance augmentait. La crise a accéléré de façon considérable cette évolution. Selon nous, ce qui devait s’accomplir sur une décennie s’effectuera au cours des prochaines années.

Figure 1: L’économie numérique prospère plus rapidement que le PIB américain

Croissance économique aux États-Unis (%) : en glissement annuel depuis 2017

Source : Cornerstone Macro, « Tech Will Drive the Investment-Led Recovery », mai 2020. L’économie numérique comprend l’Internet et les technologies de l’information et des communications connexes.

Pour survivre à moyen terme dans un contexte économique difficile, les sociétés doivent, selon nous, envisager des investissements dans les technologies. Par exemple, en cette ère de la COVID-19, les détaillants qui n’ont pas de présence en ligne devront peut-être fermer boutique dans l’année. L’année 2019 aux États-Unis arrive en deuxième place pour le plus grand nombre de commerces de détail ayant fermé leurs portes. C’est à peine moins qu’en 2017, où le nombre de fermetures était le plus élevé en 20 ans à cause de la crise financière (figure 2). La pandémie de la maladie à coronavirus peut accélérer le rythme de ces fermetures. Il est pénible de s’imaginer à quoi

Figure 2 : La COVID-19 peut accélérer le rythme des fermetures de commerce

Nombre de fermetures annoncées de commerces de détail (en milliers)

Le nombre de fermetures de magasins de détail annoncées aux États-Unis variait de 4,7 mille en 1995 à 7,6 mille en 2019.

Source : Credit Suisse, « U.S. Economy Notes: Strong consumer spending is not enough for struggling brick-and-mortar retailers », 2 décembre 2019.

Le travail à distance constitue une autre source de dépenses technologiques. Dans l’après COVID-19, bien des employés continueront de faire du télétravail. Cela demande des dépenses d'investissement importantes, qu’on le veuille ou pas.

Pour prévenir une autre pandémie, les gouvernements dépenseront plus dans les années à venir : vaccin, dépistage, administration des soins, hôpitaux, etc. De plus, le séquençage génomique, qui consiste à établir la séquence des nucléotides de chacun des gènes d'un organisme à un moment donné, pourrait changer la façon dont sont fabriqués les médicaments dans l’avenir, créant potentiellement des occasions.

Le système des soins de santé dans son ensemble est mûr pour du changement. Déterminer qui seront les gagnants et les perdants de cette transformation en faisant des analyses et en envisageant autrement les bénéfices sont, selon nous, les deux clés du succès (figure 3).

Figure 3: Système de soins de santé américain

Patients
Payeurs Industrie pharmaceutiques Fournisseurs État
  • Medicare
  • Commerces
  • Employeurs
  • Medicaid
  • Gestionnaires de régimes
  • Médicaments génériques
  • Appareils médicaux
  • Grandes compagnies pharmaceutiques
  • Biotechnique
  • Pharmacies
  • Hôpitaux
  • Associations
  • Professionnels de la santé
  • Soins de longue durée
  • Politiques
  • Organismes de réglementation
  • Organisations
  • Politiciens

Résumons : les investisseurs doivent réfléchir à ce qui stimule les cours, soit les bénéfices. Que peut gagner une société? Dans quelle mesure peut-elle croître ses bénéfices? Pendant combien de temps? Quelle est la valeur de la croissance? À la MFS, notre équipe chargée des actions de croissance mène ses analyses en se posant ces questions et en y répondant, depuis près de deux décennies déjà.

Si vous voulez comprendre comment on arrive à dominer le marché, il vous suffit de regarder la croissance des bénéfices. Cela pourrait vous mener vers les actions de croissance américaines.

RESEIGNEMENTS IMPORTANTS

MFS et MFS Investment Management font référence à la MFS Gestion de placements Canada limitée et à la MFS Institutional Advisors, Inc. Cet article a été publié pour la première fois aux États-Unis par MFS en juillet 2020 et est publié au Canada par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. (avec son autorisation). Le présent document est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Il ne doit pas être considéré comme une source d’information à cet égard et ne constitue pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières.

Les placements dans des organismes de placement collectif peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez consulter le prospectus du fonds. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Les opinions exprimées dans ce commentaire sont celles des auteurs et peuvent être modifiées à tout moment. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs du marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. ou sous-conseillé par la MFS. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Le contenu de cet article provient de sources jugées fiables, mais aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude. Ce document peut contenir des énoncés prospectifs concernant l’économie et les marchés, leur évolution future, ainsi que des stratégies ou des perspectives. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers. Ils sont soumis à des incertitudes et à des risques intrinsèques, de sorte que les prévisions et les projections pourraient ne pas se matérialiser. Les événements et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont indiqués ou prévus dans ce document, en raison d’un certain nombre de facteurs importants. Les opinions exprimées dans ce commentaire sont celles des auteurs et peuvent être modifiées à tout moment.

Le logo MFS® est une marque de commerce de The Massachusetts Financial Services Company, utilisée avec son autorisation.

Placements mondiaux Sun Life est le nom commercial de Gestion d’actifs PMSL inc. Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire des fonds communs de placement de la Sun Life, des Solutions gérées Granite Sun Life et des Mandats privés de placement Sun Life.

© Gestion d’actifs PMSL inc. et ses concédants de licence, 2020. Les sociétés Gestion d’actifs PMSL inc. et MFS Institutional Advisors Inc. sont membres du groupe Sun Life.

Tous droits réservés.