Revue des marchés

Des nouvelles encourageantes entourant les vaccins ont alimenté la confiance des marchés malgré la recrudescence des cas de COVID-19 dans le monde. La majorité des secteurs autres que les titres d’État ont surperformé dans un contexte où les écarts de crédit se sont resserrés à l’échelle mondiale, les élections présidentielles américaines ont trouvé leur conclusion et les grandes banques centrales ont axé leurs politiques sur l’atténuation des risques.

Aux États-Unis, les données économiques ont été positives tout en reflétant une incertitude grandissante :

  • Les nouvelles restrictions liées au coronavirus et les attentes de revenu plus modestes ont détérioré la confiance des consommateurs. Les ventes au détail ont affiché une progression atone sur fond de hausse des taux d’infection et d’amenuisement de la relance budgétaire. L’inflation a légèrement diminué, l’augmentation des prix du logement ayant contrebalancé la diminution des coûts de santé.
  • Le marché de l’emploi a marqué le pas et les demandes de prestations de chômage ont grimpé. Par contre, la production industrielle a rebondi, progressant dans tous les secteurs.
  • L’indice PMI manufacturier Markit a monté, porté par un renforcement de l’activité et des nouvelles commandes, malgré des résultats contrastés à l’échelle des régions; l’indice PMI des services a lui aussi progressé.
  • La baisse des taux hypothécaires et la nouvelle tendance à déménager hors des centres urbains ont continué d’apporter un soutien solide au marché du logement. Les ventes de maisons existantes et les mises en chantier ont augmenté plus que prévu et l’offre d’habitations a chuté à un creux historique.

Dans une apparente indifférence aux bonnes nouvelles du côté des vaccins, les taux de la majorité des obligations souveraines mondiales ont peu évolué. La courbe des taux des obligations du Trésor américain s’est modérément aplatie devant la probabilité d’un Congrès divisé et l’atténuation des perspectives de mesures substantielles de relance budgétaire aux États-Unis. Les assouplissements quantitatifs de la BCE ont continué d’apporter un large soutien aux titres souverains des pays périphériques européens, malgré la propagation de la COVID-19.

Les obligations de crédit mondiales ont surclassé les obligations d’État de duration équivalente sur fond de resserrement des écarts de crédit. Dans les secteurs de la titrisation, les titres adossés à des créances hypothécaires d’organismes gouvernementaux ont généralement affiché un rendement semblable à celui des obligations d’État de duration équivalente, tandis que les titres adossés à des prêts hypothécaires commerciaux et les titres adossés à des actifs ont surperformé. Du côté des marchés émergents, les titres de dette extérieure ont produit des rendements positifs auxquels ont contribué le resserrement des écarts et l’évolution du taux des obligations du Trésor américain. Les titres de dette locale des marchés émergents ont surclassé les titres de dette extérieure, profitant de l’appréciation des devises et de l’évolution des taux d’intérêt des pays émergents. 

Rendement et attribution

Le fonds a produit un rendement global positif en novembre. 

Les positions sectorielles stratégiques ont dégagé les meilleurs résultats, tirées par les placements liés aux occasions sur les marchés émergents, qui comprenaient des positions acheteur sur les obligations d’État mexicaines et indonésiennes. Dans le segment des placements liés aux gouvernements activistes, les obligations indexées sur l’inflation canadiennes, allemandes et américaines ont profité de l’élargissement des taux d’inflation d’équilibre. Nous restons d’avis qu’une relance monétaire et budgétaire sans précédent devrait renforcer les attentes d’inflation à long terme. Les stratégies misant sur la dislocation des marchés du crédit (valeur et COVID), qui comprenaient une exposition à des émetteurs de moindre qualité, ont surperformé puisque les écarts des indices à rendement élevé (CCC et mieux) se sont resserrés de 80 à 190 points de base. La stratégie axée sur les défis de base a été la seule à nuire au rendement, les positions acheteur sur les obligations d’État coréennes à 10 ans et australiennes à 30 ans ayant sous-performé sur fond d’élargissement des taux d’intérêt. 

Les approches de marché neutres ont fait du surplace au cours du mois, nos deux principales stratégies en devises s’étant en grande partie annulées. Le dollar américain ayant chuté de 2,3 %, la position vendeur de 6,5 % sur cette monnaie a eu un apport favorable au rendement, lequel a toutefois été contrebalancé par la contribution négative des positions vendeur sur la couronne norvégienne et le dollar néo-zélandais qui ont progressé vis-à-vis du dollar américain.

Les stratégies axées sur la rotation sectorielle et la gestion du crédit ont favorisé le rendement du fonds, à commencer par les positions dans les obligations convertibles et les prêts bancaires. 

Positionnement et perspectives

Au cours du mois, la duration globale du fonds est restée généralement stable autour de 5,5 ans. 

En novembre, nous avons réalisé une prise de bénéfices sur les TACH d’organismes gouvernementaux dont le cours avait été dynamisé par la poursuite des achats vigoureux de la Fed, d’où une diminution des positions du fonds dans ce secteur. Les titres hypothécaires pourraient continuer d’afficher une bonne tenue, mais leur valorisation déjà serrée limite sans doute leur potentiel de hausse.

Le fonds reste exposé aux obligations convertibles parce que nous croyons qu’une sélection de titres judicieuse dans ce secteur devrait être source de surperformance, compte tenu de la dislocation des fondamentaux et des valorisations des titres de crédit. Issues de l’impact de la COVID-19 et des occasions naissant des tendances à long terme de numérisation et d’innovation, ces dislocations créent une conjoncture favorable pour nos spécialistes sectoriels.

Dans le cadre de notre stratégie d’obligations à rendement absolu et monnaie, nous avons élagué une importante position vendeur sur le dollar américain, estimant que son potentiel de hausse était peut-être limité puisque cette monnaie a déjà chuté de 4,7 % depuis le début de l’année.

Le fonds conserve un penchant modérément procyclique par rapport à ses valeurs historiques et reste exposé aux titres de dette locale des marchés émergents, aux prêts bancaires et aux titres de créance de bonne qualité. Nous avons tactiquement réduit l’exposition aux titres à rendement élevé vu le resserrement récent des écarts et nous maintenons une plus faible pondération en obligations mondiales indexées sur l’inflation que durant les mois précédents. 

Renseignements importants

Les points de vue exprimés sont ceux de Wellington Management Canada, sous-conseiller de certains fonds communs de placement Sun Life pour lesquels Gestion d’actifs PMSL inc. est le gestionnaire de portefeuille. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Gestion d’actifs PMSL inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. Ce commentaire est fourni à des fins informatives uniquement et ne doit en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal ou juridique ni en matière de placement. L’information contenue dans ce document provient de sources considérées comme fiables, mais aucune garantie, explicite ou implicite, n’est donnée quant à son exactitude et à sa pertinence.

Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs sur l’économie et les marchés, ainsi que sur le rendement futur, les stratégies, les perspectives ou les événements s’y rapportant, qui sont soumis à des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés prospectifs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Les placements dans des fonds communs de placement peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements globaux composés annuels historiques qui prennent en compte les variations de la valeur unitaire et le réinvestissement de toutes les distributions, mais ne prennent pas en compte les commissions d’achat et de rachat, les frais de placement ni les autres frais optionnels ou l’impôt sur le revenu payable par un porteur de titres, frais qui auraient eu pour effet de réduire le rendement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

© Gestion d’actifs PMSL inc., 2020. Gestion d’actifs PMSL inc. est membre du groupe Sun Life.